Les jeunes joueurs du Stade Français Paris ont marqué les esprits et contribué à la large victoire face à Pau !

Deux coups de pied à suivre d’anthologie de Julien Dupuy, deux essais de Julien Arias (à moi, à toi, à moi), un combat de titan de Pascal Papé.

Ils avaient tous l’enthousiasme et la force de jeunes de 20 ans sur la pelouse de Jean Bouin ce dernier samedi. Respect pour leur performance.

Ils n’étaient pas les seuls. Comment ne pas citer les franchissements de Doumayrou et de Camara, la gestion habile et juste de Plisson et la débauche d’énergies de tout le groupe !

Oui, le Stade Français Paris a assuré de la meilleure des manières ce deuxième bonus offensif consécutif qui propulse l’équipe dans les 6.

Position fragile quand six équipes se tiennent, et, c’est inédit en Top 14, en 1 point. C’est dire si, hormis les relégués et Toulouse, tous peuvent encore prétendre aux phases finales. Nous aurions pu écrire 8 équipes si Toulouse n’avait pas été si maladroit, si malchanceux et si peu aidé par l’arbitrage discutable de Pascal Gaüzère ce dimanche.

Les deux semaines qui s’annoncent peuvent permettre aux nôtres d’écrire une nouvelle page de leur histoire : un déplacement de tous les dangers à Castres meurtri par ses dernières rencontres, une demi-finale européenne dès dimanche face aux redoutables anglais de Bath, un match spécial à suivre le 30 avril contre le phagocyte voisin.

Il reste des places (25 € pour Bath, 39€ pour Racing 92). Encouragez vos proches à venir grossir les rangs de nos supporters derrière le Stade.

Allez Paris, allez

Yvon Cauchois