Rencontre FFSR à Marcoussis

Si, et c'est bien normal, ce week-end des 9 et 10 novembre restera pour les amoureux du rugby comme celui d'une magnifique victoire du XV de France sur l'une des nations phares de notre sport, à savoir l'Australie, et aussi, bien sur, par la victoire peut être moins spectaculaire mais tout aussi importante de nos Stadistes face à de coriaces Agenais.

Il nous faut aussi retenir la réunion du comité directeur de la Fédération Française des Supporters de Rugby (FFSR) au Centre National de Marcoussis, réunion suivie d'une journée de réflexion des supporters sur certains points très importants pour le devenir et la reconnaissance de notre Fédération.

Si Daniel Bruyère et votre serviteur ont postulé au Comité Directeur de la FFSR lors de son dernier congrès en juin dernier, c'est uniquement parce que le Bureau des Amis pensait, et à juste titre il me semble, que "Les Amis du Stade Français" avaient leur place non seulement pour leur ancienneté dans les associations de supporters, mais également pour la créativité dont ils ont toujours fait preuve.

La Fédération Française des Supporters de Rugby est en pleine reconstruction et en plein renouveau et " Les Amis " sont bien décidés à apporter leur pierre à l'édifice.

Il est heureux de constater que beaucoup de personnes à travers notre pays se sentent concernées quant à l'avenir de notre sport et au maintien de ses valeurs. L'un des participants à cette journée a tout résumé d'une seule phrase " Le succès passe aussi par nous ". Quoi de plus vrai, la réussite d'un match ne passe pas uniquement par les deux équipes qui en décousent, mais aussi par nous les supporters, qui du haut de nos tribunes sommes les garants de ce que l'on appelle les "Valeurs du Rugby", un patrimoine que nous devons maintenir mais aussi et surtout que nous devons transmettre.

Tout ce qui peut aider notre Sport à son développement doit être soutenu, c'est pourquoi nous devons participer à l'aventure de la FFSR.

Etre supporter ce n'est pas seulement, soutenir son équipe, chanter dans les tribunes, agiter son petit drapeau qu'il soit rose ou noir ou jaune, c'est surtout se montrer responsable de l'éducation de tout ce nouveau public qui découvre notre passion et lui faire partager ce bonheur d'être ensemble, unis et respectueux de l'autre.

Allez, si nous le voulons, nous avons encore de bons moments à vivre, que ce soit à Charlèty, à Jean Bouin, à Cardiff, à Limerick ou bientôt à Lille, à Valenciennes et dans bien d'autres endroits. C'est bien vrai " Le Bonheur est dans et sur le pré".