La semaine stadiste, s13

Très prise par le déplacement manceau, la petite semaine est en retard et a dû sauter une étape, mille excuses.

Samedi 24 mars

Que du bonheur cette balade en terre mancelle. Tout d’abord, bien sur, savourons la brillante prestation de nos joueurs, car il y a belle lurette que nous n’avions assisté à une telle démonstration de rugby de la part du Stade. Sept essais, dont certains somptueux (le second en particulier), ont ponctué cet après-midi, bien évidemment et non sans raison, certains diront : « On en a quand même pris trois « , c’est vrai, mais ne boudons pas notre plaisir, la fête fut belle, un temps printanier, un stade superbe, une ambiance de phase finale et cinq points dans la besace, que demande le peuple.
Ce match sera -t-il le match référence que le Stade attends depuis le début de la saison ? Nous allons rapidement le savoir et ce dès samedi prochain avec la visite de l’ogre toulousain. Mais après une telle prestation, le Stade ne peut se cacher, nous avons une équipe pour jouer les phases finales, cela ne fait aucun doute.
Un grand bravo à tous les organisateurs.

Dimanche 25 mars

Tous nos jeunes sur le pont, les Espoirs continuent sur leur lancée et remportent leur 13ème match en 14 journées en s’imposant à Brive 23 à 12. Les Reichel se sont imposés face à l’ASM 12 à 10, les Montferrandais par contre ont battu nos Crabos 37 à 16, quand aux Alamercery et aux Gaudermen, ils n’ont laissé aucunes chances au Racingmen défaits respectivement 12 à 7, et 36 à 7 .
Pour revenir un peu sur la rencontre d’hier, un seul pépin ,mais de taille avec la fracture à la mimine de David Attoub , une fois de plus David va devoir faire preuve de courage et de patience, mais c’est une vrai tuile au moment où tout va se jouer.

Lundi 26 mars

Je voudrais revenir sur un événement qui s’est déroulé la semaine dernière, et auquel le Stade n’était plus trop habitué. Felipe Contepomi a reçu l’Oscar Midi – Olympique pour le mois de février. Récompense tout à fait méritée pour l’ouvreur Argentin qui nous régale depuis le début de la saison. La charnière qu’il forme avec Julien Dupuy est certainement l’une des plus performantes du Top 14.
Preuve que notre Stade bien-aimé revient sur le devant de la scéne et c’est une trè bonne chose.
A noter aussi l’arrivée de George Smith, monument du rugby australien, à peine descendu de l’avion, le bougre d’homme a déjà disputé une partie du match contre Agen. Une belle santé le garçon.

Mardi 27 mars

Dimanche prochain, sur l’Hippodrome de Saint – Cloud va se dérouler une nouvelle édition des « Dimanches au Galop « . Pourquoi je vous parle de cela, tout simplement parce que des joueurs du Stade et du Racing Métro accompagnés de Fabien Galthié himself participeront à cette manifestation. Rien à voir avec les dimanches de Vincennes avec Max , mais pour peu que le temps s’y prête, une belle journée de sport en perspective.
Pour le match de samedi au Stade de France contre Toulouse, on devrait froler les 75 000 spectateurs. Preuve une fois de plus, que les spectateurs franciliens sont plus attirés par le Stade que par le Racing. Eh oui Jacky, Paris ne s’est pas fait en un jour.

Mercredi 28 mars

Petite frayeur hier à l’entraînement , Felipe Contepomi, a semblé se blesser. Mais à priori, plus de peur que de mal, pas de blague les gars, ce n’est pas le moment de se balader dans les couloirs des hopitaux.
Contacts fréquents et très amicaux avec les supporters d’Exeter que nous recevrons jeudi prochain en quart de finale de l’Amlin Cup. Nos amis anglais viendront en nombre, ce qui nous donnera l’occasion d’une belle fête. Les britanniques n’étant pas avares (même les écossais) de bons moments festifs .
Très bonne intervention de notre Président Thomas Savare dans l’émission de Christian Califano. Pas de langue de bois, de l’ambition pour notre Club préféré, un investissement sans faille et, bizarre, pas trop d’atomes crochus avec le président du Racing . Tu m’étonnes John !!!

Jeudi 29 mars

Il y a pratiquement dix ans, à un jour près ,le CS Bourgouin -Jallieu venait s’imposer à Jean Bouin 36 à 34. Autres temps, autres moeurs.
Pour ce premier tour des Plays-Off , les Isérois venaient à Paris avec toutes leurs vedettes, et excusez du peu : Glas, Péclier, Forest, Chabal, Raschi, Bonnaire, Papé et j’en passe. A quoi cela tient le rugby, petit à petit, la dégringolade arriva et tout l’édifice s’effrita. Le  » traiteur intraitable  » dut rendre les armes et l’exode commença. Quel dommage ! Avec le CSBJ c’est un peu du rugby de papa qui va disparaître et je ne pense pas que ce soit une bonne chose. Quand on voit maintenant l’attitude de certains dirigeants, cela n’augure rien de bon pour la suite.

Vendredi 30 mars

Demain, le choc. Espérons que ce que certains appellent « Le Classico », n’accouchera pas comme c’est souvent le cas d’une souris. Si pour les Toulousains, il n’y a pas le feu dans la maison,pour nos Stadistes, ce match est importantissime. La place pour les barrages peut se jouer demain, car une défaite pourrait sonner le glas de nos ambitions. Si l’on se réfère a la dernière prestation de nos joueurs, tous les espoirs sont permis et le rêve pourrait devenir réalité. Mais une défaite, ou même un résultat nul, n’arrangera en rien nos affaires et nous devrons dépendre des autres ce qui n’est jamais une très bonne chose. Alors, comme au Mans, montrons nous ambitieux dans le jeu, c’est encore le meilleur moyen de mettre un peu de doute chez les Toulousains, ce qui n’est qu’on le veuille ou non , pas le plus facile.

A la semaine prochaine.

Partagez !