Un beau prix Orange

Ne vous attendez pas à lire des récriminations sur l’arbitrage ou la forme des joueurs ou les choix des entraîneurs ou bien encore sur les opinions des commentateurs de service.

Les réseaux sociaux ont tôt fait de transformer l’amateur de rugby en Wayne Barnes, Ugo Mola ou Cedric Heymans, souvent au mépris de la plus simple objectivité. Bon,  il est vrai que les uns ou les autres ont tendance à titiller la fibre sensible qui nous agite parfois. Oublions cela aujourd’hui.

Regardons plutôt la vie en Rose. Rose comme les fumigènes qui ont accompagné l’entrée de nos joueurs dans l’antre de Jean Bouin. Rose comme l’impression qu’a dégagé la communion de l’ensemble du groupe réuni dans la tribune en soutien aux 23 du terrain, les blessés, les joueurs en phase de reprise, les non JIFF, les non-retenus…

Bref Rose comme une famille qui  se concentrerait plus sur la satisfaction commune que sur un sujet contestable. Le succès au bout des 80 minutes maintenait, dans la soirée, le Rose dans les cœurs, celui de tous les acteurs du Stade, celui de tous les supporters, le Rose de l’espoir. La rencontre, improbable pour le non-initié, entre le Rose et une belle Orange. Une Orange méritée.

Yvon Cauchois

Président de l’association des Amis du Stade français Paris

Partagez !