Sauront-ils ? 

6 novembre 2021. De ravissants et francs rayons de soleil se sont invités cet après-midi à Jean Bouin et ont fait disparaître la grisaille de la Toussaint. L’atmosphère ambiante en est ainsi doucettement réchauffée. La tournée mondiale d’automne se met en place rugbystiquement parlant. Le TOP 14 fort de son expérience continue de fonctionner et de pratiquer la sempiternelle « anachronie » du doublon ; d’aucuns ont regagné le Club France, d’aucuns ont retrouvé leurs sélections nationales.

Nous voilà donc un jour de doublon (heureusement unique). Donc, journée particulière, recomposition des équipes… Malgré tout, nos « Bleu et Rose » SAURONT-ILS nous réjouir et nous apporter un plaisir doux au soleil automnal.

Coup d’envoi. Rapidement nos Stadistes laissent une pénalité en route. Début de rencontre à l’avantage des montpelliérains (0-3). Ouverture du score suivie d’une bonne période de nos Stadistes au jeu alerte à défaut d’être léché, Fabien conclut par un essai une belle action collective et Loris transforme (7-3). Beaucoup de joie et de réactions musicales de la part des groupes de supporters stadistes.

Tout devient plus terne, actions limitées aux lignes des quarante mètres et duel de buteurs : deux pénalités successives du MHR (7-9) suivies d’une « Bleu et Rose » (10-9), le tout en un quart d’heure. Et venu de nulle part sur une action en contre comme un magicien Harry se retourne au sol à nos pieds et nous offre un essai somptueux (15-9), malheureusement sans transformation. Une saine réaction collective au meilleur moment, deux minutes avant la pause. Le MHR engrange néanmoins une nouvelle pénalité (15-12) et l’heure de la pause a sonné.

A tout le moins, en référence à notre question du jour, au cours de la première mi-temps nos « Bleu et Rose » N’ONT PAS SU pleinement nous enflammer et apporter plus de tenue et plus de teneur à leur jeu (trop de fautes, trop de fautes…).

Bonne entame de seconde période pour nos « Bleu et Rose » conquérants, Lester embarque tout le monde et finit souriant entre les poteaux (20-12), la meilleure position, et Loris en profite (22-12). Mais nouvelle apathie, nouveau manque d’envie, le MHR en profite (22-15) puis (22-18). Fort heureusement assez rapidement les affaires reprennent et suite à une géniale passe d’au moins 21 m de Loris, Lester nous offre un magnifique doublé avec transformation de Loris (27-18).

A cet instant précis, ILS ONT SU nous réjouir, nous gratifier d’une belle brochette de quatre essais. Il reste 20 minutes au compteur.

Et puis malencontreusement, plus rien. Tel un puits sans fond. 65ème minute, action sous tension aux pieds des poteaux parisiens et surtout aux multiples facettes : un ballon montpelliérain aplati à un centimètre de la ligne, un carton jaune stadiste et une pénalité réussie pour le MHR (27-21). Beaucoup de péripéties en seulement deux minutes. Et sur leur lancée avec plus de hargne et une volonté plus affirmée le MHR avec un essai transformé prend l’avantage (27-28) pour la seconde fois.

Tout a basculé subitement, les doux rayons solaires laissent place à des éclairs dans un ciel sombre. La situation de nos « Bleu et Rose » de plus en plus absents, dominés, ballotés, devient peu tenable. Et un drop « imparable » récompense un bon temps de jeu tout à l’honneur des montpelliérains dominateurs (27-31). 74ème, tournant du match (ou pas ?). Touche cafouilleuse dans les 22 mètres du MHR.

Mêlée, tous les espoirs restent permis. SAURONT-ILS trouver les ressources nécessaires et suffisantes pour retourner cette situation périlleuse et fort préoccupante. Mêlée jouée et rejouée. Que la durée du carton jaune nous a paru (à ce moment-là) longue mais longue mais longue…

ILS N’ONT PAS SU. Nous en resteront à 27-31 avec un 12-19 en seconde période.

A la question initiale : SAURONT-ILS ? Une réponse : ILS N’ONT PAS SU maîtriser une deuxième mi-temps largement à leur portée, éviter le 0-13 du dernier quart d’heure pour s’imposer. Resteront les deux points de bonus (un « offensif » suivi d’un « défensif »). Seule satisfaction du jour, le tiroir à bonus est ouvert.

Rien n’est perdu bien sûr, la saison est encore longue. Nous continuerons à soutenir nos « Bleu et Rose » avec ferveur.

Allez le Stade ! Allez le Stade !

Jean-Michel GOMIT, Ancien Président des Amis du Stade Français Paris

Partagez !