Ils ont su

Se survolter au bon endroit et au bon moment. Retour sur une soirée de féerie comme un cadeau de Noël.

5 décembre 2021. Suite à la parenthèse automnale, force est de constater que le grand chelem de nos Bleus est prometteur. Rendons-leur hommage pour leur époustouflante victoire face aux All Blacks. Du baume au cœur, du baume au cœur. Retour à Jean-Bouin, retour aux oppositions hexagonales. Avec la venue du Stade Rochelais, quelle affiche à Paris ! Une bonne chambrée chatoyante et vibrante ne s’y ait pas trompé et a répondu présente principalement en soutien de nos « Rose et bleu ».

Pas de round d’observation. Joris ouvre le score avec une pénalité (0-3) dès la 3ème minute. Rapidement les Rochelais monopolisent le ballon pour une entrée en fanfare. Pénalité-Touche-Essai pour le Stade Rochelais suivi d’une transformation de Jules (3-8) après seulement sept minutes de jeu. 13ème, réaction « Rose et Bleu », Joris ajoute trois points (6-8). Le match ne devient pas un long fleuve tranquille. Les Rochelais dominent et mènent des actions de grande ampleur avec deux essais remarquables à la 21ème (6-15) et à la 30ème (6-20). Rien à dire. Première demi-heure renversante des Rochelais survoltés comme sur un petit nuage.

Arrêter l’hémorragie devient un leitmotiv crucial. A Jean Bouin, les rendez-vous dominicaux se suivraient-ils et se ressembleraient-ils ? Le « SAURONT-ILS ? » du 6 novembre refait subitement surface. Nos « Roses et Bleus » paraissent tétanisés et à la dérive. Et le déclic, 37ème. Action d’envergure pleine d’énergie, essai de Waisea sublime agrémenté d’une transformation de Joris (13-20). Jean Bouin exulte, l’ambiance est chaude, chaude.

ILS ONT SU nous redonner espoir, nous montrer une saine et vive réaction. 39ème, action rondement menée, un enchaînement quasi parfait et Waisea plonge et marque en coin, Joris de la ligne de touche transforme (20-20). Incroyable, sublime. Du baume au cœur, du baume au cœur.

ILS ONT SU reprendre la main de bien belle manière nos « Rose et Bleu » et infliger un « 0-14 » à des Rochelais médusés. Jean Bouin est en liesse.

ILS ONT SU nous rendre heureux. Score de parité à la mi-temps. Mais ce n’est pas fini !

Retour des vestiaires. Tout reste à faire. Repartir, espérer. Une entame de seconde période tonitruante de nos Stadistes préférés (un peu servis par leur supériorité numérique), des Rochelais bousculés. 53ème, une longue passe de Joris dont il a le secret (mille mercis) pour un incroyable essai de Lester (25-20). Jean Bouin chavire.

ILS ONT SU sur leur lancée, débuter le 2ème acte comme ils avaient terminé le 1er, avec brio, avec une volonté sans faille : celle de nous faire plaisir, celle de nous enchanter. 56ème, premier tournant du match, une pénalité de Jules échoue sur un poteau sortant parisien, heureux présage. Par la suite, ILS ONT SU ne pas baisser les bras, survoltés en mêlée, presque royaux en touche, vifs et volontaires à l’arrière, tous unis dans un même élan. ILS ONT SU imposer beaucoup de rythme à des Rochelais semblant surpassés par la marée « Rose et Bleu ».

Ces mêmes Rochelais nous préparent 10 minutes d’enfer. Retrouvant des ressources cachées ils ne s’avouent pas totalement vaincus. 74ème, deuxième tournant du match, un jeune rochelais desservi par un rebond capricieux et difficilement contrôlable « oublie » d’aplatir dans l’en-but avec le ballon. Jean-Bouin transpire. Quelques deux minutes plus tard sur une action confuse un essai est refusé (fort justement) au Stade Rochelais. Jean-Bouin respire.

ILS ONT SU résister au sursaut rochelais, s‘accrocher à cinq points d’avance comme à une relique vénérée. Insoutenable décompte hitchcockien. Derniers instants, une balle arrachée par Arthur et Waisea un des héros du jour n’oublie pas d’envoyer glorieusement le ballon en touche libérant ainsi toute une foule joyeuse, riante, chantante et dansante. Merci au Stade Rochelais pour leur prestation. Pour un beau match il faut être deux, c’est bien connu.

Conclusion heureuse. Et bien non ! Les rendez-vous du dimanche soir ne se ressemblent pas. En ce 5 décembre plutôt maussade et pluvieux, ILS ONT SU réellement nous rendre heureux après une remarquable démonstration ponctuée par un « 19-0 » sans appel. Imaginez-vous ! Quel tour de force, sachant que le Stade Rochelais nous avait imposé un « 0-12 » tout aussi sans appel.

ILS ONT SU être performants et efficaces.

ILS ONT SU se surpasser, aller chercher au plus profond d’eux-mêmes l’énergie nécessaire et suffisante.

ILS ONT SU avoir du cœur. BRAVO et merci.

Et désormais en route pour de nouvelles aventures européennes.

Allez le Stade. Allez le Stade. Allez le Stade.
Jean-Michel GOMIT, Ancien Président des Amis

Partagez !