Une ORANGE au rugby créatif Français

Certes le rugby n’est pas né en France mais de l’autre côté de la Manche. Cependant ;il est évolutif et c’est là où intervient l’imagination de nos compatriotes. Et il faut avouer qu’elle n’a pas son pareil.

Nous connaissions tous déjà le bonus offensif à 3 essais d’écart et le bonus défensif à 5 points, là où les rétrogrades anglo-saxons persistent dans leurs erreurs!

Nous avons encore fait mieux ce dernier week-end: le match à 2 ballons : Biarritz-La Rochelle . La sirène a retenti. Score 20-24. Mêlée à suivre dans les 5 mètres rochelais. Kerr-Barlow, le 10 rochelais, sort le ballon et l’expédie en ballon mort. Fin du match. Pas du tout car l’avant biarrot aplatit, dans le même temps, dans l’en-but le deuxième ballon en jeu. Oui, il y avait 2 ballons dans la mêlée ! Voilà une solution pour casser les défenses, proposer deux ballons et nous pourrions connaître des victoires comme au basket : 110 à 98 par exemple.

La nouveauté n’est pas le seule apanage du terrain. Dans les cabines de commentateurs également. Nous connaissions tous le plaquage à retardement, il existe aussi le commentaire à retardement.

Simple. On enrobe la rencontre des discours emphatiques et creux . Quant aux actions, on attend que l’arbitre ait sifflé pour signaler qu’une faute a été commise. Ainsi point n’est besoin d’avoir vu un seul match de sa vie pour commenter. Trop fort, comme on dit de nos jours.

Ce n’est pas tout. Les mêmes commentateurs, décidément très en verve, renversent toutes les stratégies à mettre en place pour remporter des victoires. Espérons que nos Roses vont mettre en application dès vendredi à Toulouse la solution trouvée : mettre l’adversaire dans les « startings-boxs ». Les enfermer. Surtout ne pas leur permettre de s’exprimer en les plaçant dès l’entame, dans les startings-blocks.

Trop forts nos Français. Ils méritent bien l’Orange de la semaine… Si vous estimez que cela ressemble plus à une Noix… libre à chacun.

Cordialement et rugbystiquement votre

Yvon Cauchois

Président des Amis du Stade français Paris

Partagez !