Une orange à Mathieu Raynal

Aymeric Luc pour ses deux mystifications face à l’UBB aurait mérité nos louanges. D’autres aussi sans doute . Mais nous nous attarderons pour l’attribution d’une belle Orange, sur une phase de jeu, source de polémique fréquente . 

« Le premier joueur arrivant dans le ruck devra être sur ses appuis et poser ses mains sur le ballon pour pouvoir l’arracher. »

World Rugby a bien édicté ces nouvelles règles au sortir du premier confinement… sans toutefois indiquer le laps de temps concerné par ces mains sur le ballon. La conséquence, vous vous en doutez bien, c’est le libre choix laissé à l’arbitre de juger de l’opportunité de siffler  (ou pas ! ) la pénalité. Nous sommes donc surpris de l’arbitrage pratiqué par les britanniques … et quelquefois nous nous en offusquons.

Comme la règle ne définit pas un temps précis, il est légitime de penser que la pénalité doit être sifflée dès lors que les mains ont été posées sur le ballon…. Comme le font les arbitres d’outre-manche, comme l’a fait hier soir Mathieu Raynal à de nombreuses reprises au grand dam des bordelais et pour la plus grande satisfaction de Gabin Villière, expert  en la matière.

Mathieu Raynal mérite bien de ce fait l’Orange que nous lui attribuons. Mais, n’est-ce pas, a contrario, pour regretter, des décisions malheureuses de certains arbitres sur d’autres stades qui sifflent immédiatement une équipe mais attendent des secondes interminables lorsqu’il s’agit de leur adversaire, qui avait mis, dans la règle, les mains sur le ballon. Ça ne vous rappelle rien ?

Cordialement et rugbystiquement votre

Yvon Cauchois

Président des Amis du Stade français Paris

Partagez !