Revue d’effectif – Les piliers

A maintenant un peu plus d’un mois de la reprise du Top 14, nous vous proposons un tour de l’effectif du Stade Français Paris. Le but est de vous faire partager ce que nous avons identifié comme forces, faiblesses et axes d’amélioration pour cette nouvelle saison de rugby qui s’annonce. Ceci bien loin des jugements à l’emporte-pièce auxquels on assiste quelquefois sur les réseaux sociaux.
Nous présentons aussi les statistiques individuelles de chaque joueur pour la saison passée.

Aujourd’hui nous débutons par notre 1iere ligne

Généralement toutes les équipes de TOP14 disposent pour chaque poste de première ligne 3 titulaires confirmés, complétés par des espoirs aptes à entrer dans la rotation des matchs ou à pallier d’éventuelles blessures.
Notre équipe ne fait pas exception et présente une solide 1ère ligne complétée par des espoirs prometteurs tels Sergo Abramishvili (1 match l’an passé), thomas Cretu (U20), Elias Coulibaly, Pierre Jutge ou Mamadou Meite. Espérons que ceux-ci puissent trouver un peu de temps de jeu cette saison.

Les arrivées de Mickael Ivaldi (LOU – 22 matchs joués en 2021-2022 – gros plaqueur en défense) et Lucas Peyresblanques (BIARRITZ – 5 essais, 162 m parcourus avec le ballon et 20 défenseurs battus pour 11 matches joués) devraient apporter expérience et tonicité sur le poste de talonneur. Poste pour lequel nous comptons aussi sur Laurent Panis (Parrain des AMIS) qui a retrouvé un poste de titulaire en fin de saison dernière.

Chez les piliers peu de changements ou seul Quentin Béthune en fin de contrat a quitté l’effectif pour rejoindre Bayonne.
Aucune arrivée enregistrée et ce départ est compensé par la disponibilité de Clément Castet dès le début de saison (Clément suite à une blessure en fin de saison 2020-2021 à Toulouse n’a repris que fin Janvier 2022 avec le SF PARIS).

Au chapitre des souhaits, on s’attend à un peu plus de discipline chez les Alo-Emile, à une meilleure intégration de Clément Castets qui est resté assez loin de ses standards et après une année d’adaptation au Top 14, à une éclosion de Nemo Roelofse à droite où le poste est déterminant.

Partagez !