La Noix au gré du vent

La fête du Rugby, à l’occasion de la Coupe du Monde, ne doit pas aveugler le supporter de ce qu’elle cache, de ce qu’elle recèle de malsain. Et c’est vrai de toute manifestation sportive qui a tendance, de nos jours, à blanchir d’autres côtés sombres…

Quand on voit la difficulté à obtenir, pour le supporter , le précieux sésame, quand on revient sur les heures passées devant l’écran avant d’accéder (ou pas, le plus souvent !) à un hypothétique choix de matches, on ne peut que s’élever avec force devant les petits arrangements entre coquins qui transparaissent aujourd’hui. Les places ne sont pas perdues pour tout le monde ! Mais croyons encore aux sanctions qui suivront. La Noix saura attendre.

Elle pourrait aller à Filipo Nakosi, coupable de cette cravate inadmissible ou plus exactement à Ludovic Cayre, sensé agir en juge suprême (souhaitons que le Stade ne lâchera pas l’affaire en faisant citer l’agresseur).

La Noix restera, en tout cas, du côté de Jean Bouin et de cet arbitrage. En effet les arbitres de touche, probablement victimes d’un strabisme divergent, s’obstinèrent  à grappiller 5m en défaveur de la touche Parisienne. A eux la Noix collégiale de la semaine.  A nos Roses, la victoire en dépit des bourrasques sur le terrain et en dehors.

Cordialement et rugbystiquement votre

Yvon Cauchois

Président des Amis du Stade français Paris

Partagez !