Hommage à François

Une tristesse infinie et une peine inouïe nous ont submergés à l’annonce du décès, le 2 septembre, de notre Ami François Monestier, victime d’un accident de la route à l’âge de 68 ans.

François tu as été l’une des chevilles ouvrières de notre Association présent dès la création (carte n° 24) et 1er vice-président durant neuf saisons de fonctionnement. François tu as soutenu de tout ton cœur ton club fétiche tout au long des « 10 Glorieuses », ces dix saisons magiques (1997-2007) durant lesquelles le Stade Français a remporté 5 boucliers de Brennus, dix saisons porteuses de tant de joie et de bonheur pour toi François, pour les « Amis » et l’ensemble des supporters parisiens. Après la finale gagnée de si belle manière contre Perpignan, François tu descendais avec beaucoup d’autres les Champs Elysées la nuit du 16 mai 1998 pour célébrer ardemment le renouveau du Stade Français.

François toujours présent, toujours actif, homme au grand cœur et d’une générosité affective sans borne. Une de tes plus brillantes contributions à Bord de Touche reste ton inénarrable épopée de la Coupe de Monde 2003 en Australie du 23 octobre au 27 novembre. Relisons avec nostalgie et avec le plus grand intérêt dans le Bord de Touche n° 29 ton périple australien en soutien des Bleus accompagné de tes « Amis » Bernard, Jean-Pierre et Patrice. Au 16 novembre 2003 vous déclariez « Les Bleus barbotent et déjouent » à votre grand dam mais au grand plaisir de Gordon et de Nigel vainqueurs…

François, l’Ami fidèle durant une décennie tu as porté au meilleur niveau les valeurs essentielles telles que l’amitié et la convivialité.

François, tu nous as toujours ravis avec ta bienveillance, ta bonhomie et ta joie de vivre largement communicative.

François, tu rejoins inexorablement le Panthéon des « Amis » là-bas, tout au sein d’une galaxie lumineuse.

François, nous saurons toutes et tous te garder une place tendre et irréversible dans nos cœurs.

François, nos beaux souvenirs partagés reviendront souvent dans nos mémoires comme autant de chaleureux et chauds éclairs de bonheur.

En ces moments de peine et de tristesse nous pensons à toi, François.

A ta maman, tes sœurs, tes enfants, tes petits-enfants et ta famille nous transmettons nos plus chaleureuses et affectueuses pensées.

« L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines » Francis Bacon.

Par Jean-Michel Gomit – Ancien Président des Amis du Stade Français Paris

Partagez !