Battus, pas abattus

L’idée n’est pas de refaire le match, de commenter les … commentaires nombreux qui ont rempli nos Whatapps. Déception, voire colère, regrets, doutes sur notre capacité à rebondir, retours sur le passé, bref ne jetons pas les progrès avec les eaux du bain des déboires.

Si Castres et Agen ne sont pas au mieux, nous sommes allés gagner là-bas. A Clermont le groupe ne fut pas ridicule en dépit du score. Un trou face à Bayonne mais du cœur et … du cœur face au Racing 92. Nous payons pour parti l’abandon de la formation de la jeunesse ces dernières années et Pascal Papé et son équipe ne peuvent du jour au lendemain compenser ces temps d’errance. Oui les Dupichot, Klemenczak, Gibert, Joseph, Kolingar, Colombe, et autres…. ont garni les rangs du club voisin.

Combler le handicap n’est pas simple, le staff s’y emploie ! Cela explique aussi que les sélections n’ont pas le même impact sur tous les clubs : quand la rotation a permis à certains joueurs de côtoyer les meilleurs, ils sont souvent en mesure de prendre en mains le volant du camion pendant les doublons.

Les cadres ont manqué, les leaders sont en nombre insuffisant. Les dirigeants en sont conscients. Dans ces circonstances, si le chemin est encore long, émergent des compétiteurs pour lesquels le soutien s’avère nécessaire.

Certains supporters n’ont pas été tendres avec quelques joueurs qui, partis, ont depuis fait les beaux jours d’adversaires du Top 14. Parce que, comme chacun sait, le rugby se gagne d’abord dans la tête, loin d’accabler les “fautifs”, il est de notre ressort qu’ils sachent que c’est tout un stade virtuel qui est derrière eux.

Se profile Toulouse en quête de rachat lui aussi. Souhaitons à notre Stade le meilleur.

A très vite. Allez Paris allez !!

Yvon Cauchois

Partagez !