Charles – Et Michalak nous crucifia, Murrayfield 22 mai 2005

Chaque Ami vous fait partager le moment qu’il le plus aimé, le plus apprécié, le moment qui l’a le plus marqué du Stade Français Paris.

Charles nous fait partager son moment fort.

Charles G. : Le 22 mai 2005, le Stade Français se retrouve pour la deuxième fois en finale de la Heineken Cup (European Rugby Champions Cup actuellement). Après un échec malheureux sur le fil le 19 mai 2001 au Parc des Princes contre les Tigers de Leicester, nous affrontons cette fois le Stade toulousain, finale franco-française donc entre les deux équipes qui dominent le rugby tricolore.

Malgré l’éloignement d’Édimbourg (1 200 km), plus de 1 000 supporters Stadistes répondent à l’appel du Président Max Guazzini qui propose de mettre des bus à disposition afin d’effectuer l’aller-retour en moins de 48 h à moindre frais (d’autres iront en avion).

C’est donc plus de vingt bus qui se mettent en route le 21 mai 2005 dans l’après midi pour rallier Murrayfield au terme d’un voyage épique de 17 heures.

Après une rapide visite de la magnifique cité écossaise et un déjeuner très british, nous passons à l’hôtel de nos joueurs pour les encourager lors de leur départ pour le stade.

Et à l’heure prévue, l’arbitre anglais, M. Chris White, libère trente fauves devant 51 326 spectateurs.

Tout se passe bien jusqu’à la 78ème minute où nous menons 12 à 9, mais là, une action mal maîtrisée d’un joueur, que je ne nommerai pas par décence, dans les 22 toulousain alors que nous avions le ballon, permet à ceux-ci d’effectuer une relance qui amène une pénalité de Fred Michalak 50 mètres plus loin : 12 à 12 prolongation.

Stupeur dans les rangs des supporteurs parisiens qui commençaient … à sabrer le champagne ! La malédiction de 2001 allait-elle encore frapper ?

Et bien oui ! Les Toulousains revigorés par ce retournement de situation et emmenés par un Michalak en réussite allaient scorer deux fois (pénalité et drop de Fred), nous renvoyant a nos chères études : score final 12 a 18.

La remise de la Coupe aux Rouge et noir fut marquée par un curieux évènement, Guy Novès le manager toulousain que les policiers écossais n’avaient pas reconnu, fut emmené au commissariat pour envahissement de terrain et ne pu assister au sacre de son équipe.

Nous nous retrouvons sur le parking du stade où le Président Guazzini en larmes est venu nous saluer avant notre départ.

Cette année 2005 devait en plus se terminer de façon étrange.

Trois semaines plus tard le 11 juin nous affrontons Biarritz au stade de France en finale du championnat ; et bien rebelote !

Après des égalités parfaites 19 à 19 à la mi temps 31 à 31 à la fin des 80 minutes, nous perdons à nouveau à la 102ème minute sur une pénalité de Dimitri Yachvili 34 à 37, et ceci dans des circonstances troubles, ceux qui étaient là me comprendrons.

Cette année 2005 qui aurait du être celle du doublé reste donc un souvenir mitigé.

20040606 finale (70)
20040606 finale (61)
20040606 finale (55)
20040606 finale (78)

SF Paris – Titulaires : 15 Juan Martín Hernández, 14 Julien Arias, 13 Stéphane Glas, 12 Brian Liebenberg puis Olivier Sarramea (80ème), 11 Christophe Dominici, 10 David Skrela, 9 Agustin Pichot puis Jérôme Fillol (75ème), 8 Shaun Sowerby, 7 Rémy Martin, 6 Mauro Bergamasco puis Pierre Rabadan (71ème), 5 Mike James puis Olivier Brouzet (54ème), 4 David Auradou (cap.), 3 Pieter de Villiers puis Sylvain Marconnet (51ème), 2 Mathieu Blin puis Benjamin Kayser (56ème), 1 Rodrigo Roncero.

Remplaçants : 16 Benjamin Kayser, 17 Sylvain Marconnet, 18 Olivier Brouzet, 19 Pierre Rabadan, 20 Regan King, 21 Olivier Sarramea, 22 Jérôme Fillol.

Toulouse – Titulaires : 15 Clément Poitrenaud, 14 Vincent Clerc puis Cédric Heymans (65ème), 13 Yannick Jauzion, 12 Florian Fritz, 11 Gareth Thomas, 10 Frédéric Michalak, 9 Jean-Baptiste Élissalde puis Jean-Frédéric Dubois (80ème), 8 Christian Labit puis Isitolo Maka (65ème), 7 Finau Maka, 6 Trevor Brennan, 5 Romain Millo-Chluski puis David Gerard (71ème), 4 Fabien Pelous (cap.) puis Jean Bouilhou (44ème), 3 Omar Hasan, 2 William Servat puis Yannick Bru (65ème), 1 Jean-Baptiste Poux puis Daan Human (52ème).

Remplaçants : 16 Yannick Bru, 17 Daan Human, 18 Isitolo Maka, 19 Jean Bouilhou, 20 Jean-Frédéric Dubois, 21 Cédric Heymans, 22 David Gerard

Le résumé de la finale. Toulouse l’emporte 18 – 12 (12 – 6 à la mi-temps, 12 – 12 à la fin du temps réglementaire).

Partagez !